Alexandra – Un enfant mort et son cadeau de vie

par ludovic
0 commentaire
Alexandra

Points cliente :

  • Difficultés relationnelles : peur des autres, sentiment de solitude
  • Problématique avec la réussite
  • Manque de confiance en soi, d’estime de soi, d’expression de soi (angoisses, tristesse sous jacente)
  • Douleur continue au niveau de l’omoplate gauche (omoplate) comme un coup de poignard
  • Point de pression au niveau de la gorge
  • Voile devant l’œil gauche
  • Seule depuis 6 ans et demi, je ne fais pas de rencontre pour vivre de nouveau une relation amoureuse
  • Je me sens comme « empêchée » dans tous les domaines de ma vie
  • Impression d’être comme dans un « entre-deux », comme une difficulté à m’incarner pleinement

Tout d’abord, malgré quelques petits soucis de lumière et de connexion (qui provoquent une brève coupure en milieu de session et nous privent de son image), Alexandra trouve, avec émotion, les réponses qu’elle cherchait. Ensuite, on plonge d’emblée dans un ‘imbroglio de processus répétitifs transgénérationnels. Eux-mêmes doublés de mémoires karmiques limitantes qui s’articulent, elles aussi, autour d’une problématique d’enfants morts.

Enfin reconnu par Alexandra, c’est un enfant mort-né qui finira d’ailleurs, dans cette magnifique session, par la libérer définitivement. C’est-à-dire libération de sa solitude, de son isolement, de son sentiment persistant d' »empêchement », de ses difficultés à rencontrer quelqu’un, etc… Mais elle doit, au préalable, se défaire d’une araignée qui tisse autour d’elle sa toile, son réseau d’émetteurs, qui détourne ses énergies féminines.

Ensuite, vient le moment de se débarrasser de l’autre implant, au niveau de sa gorge qui est à l’origine de ces autres mémoires, plus « karmiques », liées à des problématiques de suprématie masculine. Celles-ci ne faisaient bien sûr que renforcer les schémas transgénérationnels du départ de session.

Ainsi, après s’être débarrassée de tous ces dispositifs étrangers et limitatifs, Alexandra recommence enfin à vivre. On constate alors que l’enfant mort-né, lui-même en quête de reconnaissance, est toujours présent dans sa sphère, à ses côtés, dans cette vie actuelle. C’est lui qui jouera le rôle central de catalyseur, en libérant, du même coup, sa propre essence, celle d’Alexandra. En fait, celle de l’ensemble des lignées impliquées dans cet écheveau complexe d’entraves et de chaînes.

Survient alors une énergie rose pâle, plus subtile, plus douce, plus originelle, issue d’une autre dimension:  la sienne. Alexandra décide avec beaucoup d’amour, de nous la faire partager, à nous, opérateur et télépathe. Moment d’émotion. Prenant les rênes, elle nous guide enfin jusqu’à cette autre vie, jusqu’à ces ressources oubliées dont elle a grand besoin pour recouvrer pleinement sa propre identité de femme libre. Elle nous amène à ces vastes et belles étendues canadiennes, au cœur desquelles elle a connu « une vie heureuse avec un homme » et des enfants. « Enchantée », Alexandra renoue, de plein droit, avec sa propre lumière.

Vous pourriez aimer

Laisser un commentaire